Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le Blog des Alumni de l'ENA
Menu

Entretien avec Jean-Marc Châtaigner

Ancien élève de l'ENA (promotion Jean Monnet), Jean-Marc Châtaigner a a d'abord été dès 1990 chargé de mission géographique au ministère de la Coopération. Il part en 1995 à New York et devient attaché financier à la mission permanente de la France auprès des Nations unies. Il dirige ensuite pendant trois ans le département du pilotage et des relations stratégiques de l'Agence française de développement (AFD). Actuellement Vice-président de l'AAEENA, Jean-Marc Châtaigner est aussi Conseiller des Affaires étrangères et Directeur général délégué de l'Institut de Recherche pour le Développement au Ministère des Affaires étrangères.

Pourquoi vous avez fait l’ENA ? J’ai découvert l’ENA au cours de mes études, lors de ma première année à Sciences Po Bordeaux. J’ai beaucoup aimé les stages de l’ENA, notamment dans l’entreprise Cognac. J’ai fait mon service militaire en Polynésie. New York et Madagascar sont les deux endroits où j’ai préféré travailler.

Quelle est la ville qui vous ressemble ? Je dirais Marseille sans hésiter, et son 1er arrondissement. J’aime cette ville parce que c’est une ville de diaspora. J’adore aussi Buenos Aires et New York.

Quel est votre petit luxe ? Ma très belle bibliothèque.

Une rencontre ? Beaucoup de gens m’ont fascinés, mais la rencontre la plus marquante a été celle d’Edgar Pisani, l’ancien ministre de l’agriculture du Général de Gaulle, ancien résistant, en 1992. J’étais chargé de mission pour essayer de trouver la paix au Mali. Il avait une vision extraordinaire, il portait le débat à un niveau supérieur. J’avais l’impression en l’écoutant de rencontrer un personnage d’histoire tous les jours. C’était de toute évidence un véritable inspirateur.

Quel livre pouvez-vous relire sans vous lasser ? Je peux relire Belle du seigneur, d’Albert Cohen, que je trouve extraordinairement romantique, et qui mélange la passion à la politique. Il met en scène l’amour le pouvoir. C’est fascinant.

Qu’aimez-vous faire lorsque vous ne travaillez pas ? J’aime courir, je fais beaucoup de running et des marathons, running, j’aime me promener et lire. Et manger une bonne bouillabaisse !

Quel est votre modèle ? Georges Clémenceau, mais surtout son secrétaire particulier, Georges Mandel. Il était un homme d’une droiture extraordinaire.

Qu’est-ce que vous pourriez conseiller à des jeunes gens ? Je leur dirais de faire ce qu’ils veulent faire, de ne jamais se censurer, de ne pas avoir peur de l’échec, car on ne réussit qu’en échouant.

Quel est le défaut que vous préférez chez une femme et chez une homme? Je ne suis ni gêné par une femme jalouse ni par un homme orgueilleux.

Quel est le jour où vous avez eu le plus peur ? En, j’ai eu la peur de ma vie lorsque je survolais le désert mauritanien et que les pilotes ont perdu la route.

Vous regrettez des choses parfois ? Je ne regrette rien. Il ne faut jamais regretter, on fait des bêtises mais on comprend mieux après.