Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le Blog des Alumni de l'ENA
Menu

Chantal Jouanno

Elle est une Alumni doublement célèbre : connue pour ses victoires en karaté et pour sa carrière en politique. Maman de trois enfants, marathonienne et écrivaine, Chantal Jouanno (promotion Cyrano de Bergerac) est une adepte des défis et une pro de l’organisation. Rencontre avec une ancienne élève qui décoiffe.

Pourquoi avez-vous fait l’ENA ?

« Pour deux raisons : la première tient un peu au hasard. La plupart des mes camarades de Sciences Po préparaient l’ENA. J’hésitais encore avec l’Ecole de la direction des hôpitaux quand j’ai présenté le concours, puis j’ai été reçue. La  deuxième  raison est simplement que j’aimais le principe de travailler au cœur de l’Etat et pour l’Etat. »

Si vous n’aviez pas fait l’ENA ?

« A l’époque j’étais très intéressée par l’Ecole de la direction des hôpitaux à Rennes, et plus globalement par l’économie de la santé. J’avais également dans l’idée de faire Langues O, car ma première formation était un BTS de commerce international. »

Comment-en êtes vous venue à faire du karaté ?

« C’est un peu une histoire de famille ! Mon père fait partie des personnes qui ont contribué à organiser la pratique du karaté en France. Lui faisait du karaté, mon frère du judo et ma mère de l’aïkido. Quand mon frère s’est mis au karaté en plus du judo, j’ai eu peur de devenir son bouc-émissaire alors je m’y suis mise également. »

Souvenir marquant de la carrière sportive ?

« Il y a en a tellement… des drôles et des moins drôles. Le plus comique est certainement celui d’une finale de la coupe de France : j’avais mal attaché mon pantalon de kimono et le sentais glisser pendant mon kata… Je n’avais qu’une crainte : finir le combat déculottée. J’ai quand même terminé mon kata,  par chance le pantalon avait tenu !  Evidemment, un autre souvenir marquant et plus récent est  le championnat de France de 2010 auquel j’ai participé avec deux amies de longue date alors que j’étais ministre. Toutes les trois, on s’est lancé un pari. Le jour de la finale, une soixantaine de photographes entouraient le tatami. On s’est dit « il faut y aller ! » et nous avons fini premières. »

Cette même année, vous avez publié un livre et préparé un marathon…Vous aimez vous lancer des défis ?  

« C’est vrai, et surtout des défis sportifs et physiques. Je pratique toujours le karaté et la compétition ; c’est un excellent exutoire. A côté de cela, j’aime écrire. J’ai pu concilier les trois – championnat de France de karaté, livre et marathon – en même temps car à l’époque mes enfants étaient plus jeunes, c’était tout de même plus facile. Ils sont devenus plus exigeants en termes de temps et surtout, il faut suivre les devoirs ! ».

Que faites-vous quand vous avez un peu de temps libre ?

« Je monte à cheval. Je pratique l’équitation depuis toute petite et avais arrêté pendant un temps. Quel bonheur de s’y être remise ! »

Et que lisez-vous ?

« J’aime beaucoup la littérature française contemporaine. Je suis sur le point de terminer un livre de l’auteur qui avait eu le Goncourt pour L’art français de la guerre, Alexis Jenni. Son dernier livre s’appelle Les nuits de Walenhammes. C’est un livre totalement décalé ! Même s’il est long, - ils le sont toujours ! – la maîtrise des mots et le style sont remarquables. Il n’y a absolument rien à redire sur le plan littéraire. Sa description des paysages belges est extraordinaire, il parle à un moment « d’éponge mouillée »… les images sont surprenantes et choisies à la perfection. Ce livre plaira aux amateurs d’écriture. Sinon, j’ai une affection particulière pour les livres de Michel Bessi car beaucoup se passent en Normandie, près de chez moi. Parmi ceux-ci, Les nymphéas noirs est mon préféré. »

Avez-vous un plat préféré ?

«  C’est assez compliqué car je suis végétarienne et cuisine rarement – seulement des mousses au chocolat. J’ose avouer, et ce n’est pas bien pour une Française, que je n’aime pas vraiment cela. Il faut dire que j’ai des horaires plutôt décalés, je finis souvent par manger les restes de mes enfants en rentrant le soir ! (rires). »